Français English
Jean-Claude Boisset

CHASSAGNE-MONTRACHET 2007

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2007  

Cépage

100% Chardonnay

Origine

Inondé de Soleil, du levant au couchant, le vignoble de Chassagne-Montrachet constitue l’une des plus belles richesses et l’une des plus belles appellations de la côte viticole.

Ce petit village, situé au sud de Beaune, rayonne depuis longtemps pour ses vins blancs, mais aussi pour ses vins rouges (90ha sont en production) Le vignoble est situé à une altitude comprise entre 220 et 340m avec une exposition Est et Sud-Est. Autrement dit une situation on ne peut plus favorable à l’épanouissement de la vigne. Le terroir se caractérise par des sols silico-calcaires bruns et argileux et un sous-sol magnésien.

Sélection parcellaire

Pour sa majeure partie, ce vin est issu d’une très vieille vigne présentant des caractéristiques bien précises : rendement naturellement faible, grappes de petite taille, travail du sol, peu ou pas d’apport d’engrais, et enfin une protection de la vigne respectueuse de l’environnement et de la faune auxiliaire.

Vinification et élevage

Date de vendange : 22 septembre 2007, vendange manuelle en caissettes percées de 20 kg.
En cuverie : pressurage doux en grappe entière pendant 2 h 30. La température du moût est descendue à 12 °C, puis mis directement en tonneaux sans débourbage pour conserver le maximum de lies. Fermentation en levures indigènes très longue (jusqu'à 10 mois !).
En cave : élevage 12 mois sans soutirage, pas de batonnage pour accentuer le côté minéral du vin, 25 % fûts neufs, bois d’origine française : chauffe très longue à basse température pour un boisé subtil et délicat.
Mise en bouteilles : par gravité en septembre 2008, collage à la bentonite, filtration très légère.

Notes de dégustation

Robe : Or.
Nez : Arômes d’aubépine, de chèvrefeuille et d’acacia.
Bouche : Attaque sur la minéralité puis finale ronde et persistante.

Potentiel de garde

8 à 10 ans

Millésime : 2007

2007 aura été marqué par des conditions climatiques chaotiques : hiver doux, printemps estival qui a favorisé une reprise très précoce de la végétation, été froid et pluvieux où se sont installés de nombreux foyers de pourriture. Heureusement, un temps ensoleillé, la première quinzaine de septembre a permis une maturation des raisins suffisante pour produire des vins blancs bâtis sur une forte minéralité qui pourra certainement défier le temps.