Français English
Jean-Claude Boisset

SAINT-VERAN 2010

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2010  

Cépage

100% Chardonnay

Origine

Née en 1971, l’A.O.C. Saint-Véran couvre près de 600 hectares répartis sur six villages. Elle prend ses marques autour de l’A.O.C. Pouilly-Fuissé et se découpe en deux grandes zones : au nord, près de Davayé, on trouve des sols très calcaires dans le prolongement de Solutré, en alternance avec des zones plus argileuses, cela donne dans l’ensemble des vins assez gras. Au sud, près de Chasselas et Saint- Véran, il y a aussi une diversité dans les sols avec peut-être plus d’argile que dans le nord. Les vins sont ici marqués par des arômes plus minéraux.

Sélection parcellaire

Ce vin a fait l’objet d’un travail rigoureux à la vigne et de contrôles draconiens concernant les rendements mais aussi les modes de cultures imposant le travail des sols pour favoriser et entretenir la vie microbienne nécessaire à l’expression du terroir.

Vinification et élevage

Date des vendanges : 20 septembre 2010, vendange manuelle récoltée dans de petites caisses percées. Les grappes entières sont pressées légèrement pendant environ 2h30. Le moût dont la température descend jusqu’à 12°C est ensuite mis directement dans les fûts avec toutes les lies. La fermentation dure environ 10 mois avec ajout de levures indigènes. Vieillissement de 12 mois en cave sans soutirage pour accentuer les qualités minérales du vin. Utilisation de 10% de fûts neufs.
Mise en bouteille : en octobre 2011, par gravité. Très légère filtration après batonnage.

Notes de dégustation

Robe : couleur or pâle.
Nez : très fin, aux arômes de fleurs blanches et de beurre frais.
Bouche : ce vin est complet car il est à la fois riche, long, élégant avec un finale minérale très nette.

Potentiel de garde

6 ans

Millésime : 2010

Mal parti début septembre, le millésime 2010 s’avère finalement l’un des plus beaux millésimes classiques de ces quinze dernières années !
Un violent gel le 20 décembre a sérieusement amputé la production, puis une floraison très longue a occasionné encore une perte de ce potentiel, et enfin un tri drastique (5 à 15%) des raisins en cuverie ont fait que cette récolte est très faible en quantité mais où la qualité est au rendez-vous. En effet ces petits rendements ont permis au raisin d’avoir une belle maturité ! La chaleur estivale n’a pas été présente, mais heureusement l’ensoleillement de début septembre a assuré la maturité. La fenêtre de vendange était assez courte car la météo s’est dégradée fin septembre.
Nous avons donné les premiers coups de sécateurs le 20 septembre en côte de Beaune et le 25 septembre en Côte de Nuits. En résulte des vins purs, harmonieux, riches, de garde avec même en vins rouges des réussites supérieures à 2009 dans certains secteurs de la Côte de Beaune.
Un résultat inespéré...