Français English
Jean-Claude Boisset

SANTENAY PREMIER CRU "Beaurepaire" 2010

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2007   2008   2009   2010  

Cépage

100 % Chardonnay

Origine

Immédiatement au sud de Chassagne-Montrachet cette appellation est la dernière de Côte d’Or lorsque l’on s’engage vers le sud …
Le finage de Santenay se repartit sur 400ha dont 123ha en Premier Cru répartis sur 3 zones distinctes.
Les veines de sols bruns, mêlées de calcaire se manifestent de nouveau au sud de Chassagne-Montrachet en direction de Santenay, tout comme à Gevrey-Chambertin en Côte de Nuits.
« Beaurepaire », situé au dessus du village prend forme en regardant l’est, assis sur des calcaires fissurés recouverts d’une fine couche de marne. Le lieu-dit "Beaurepaire" ou en ancien français « repaire » signifie « retour au pays » et par extension « refuge » « demeure ».

Vinification et élevage

Date de vendange : 23 septembre 2010, vendange manuelle en caissettes percées de 20 kg.
En cuverie : pressurage doux en grappe entière pendant 2 h 30. La température du moût est descendue à 12°C, puis mis directement en tonneaux sans débourbage pour conserver le maximum de lies. Fermentation en levures indigènes très longue (jusqu'à 10 mois !).
En cave : élevage 18 mois sans soutirages, pas de batonnage pour accentuer le côté minéral du vin, 30 % fûts neufs, bois d’origine française : chauffe très longue a basse température pour un boisé subtil et délicat.
Mise en bouteilles : par gravité en mars 2012, collage à la bentonite, filtration très légère.
1 500 bouteilles produites en 75cl.

Notes de dégustation

Robe : Reflets or pâle.
Nez : Très délicat de fleurs blanches, boisé très discret.
Bouche : Très souple avec beaucoup de minéralité, superbe longueur, finale acidulée.

Potentiel de garde

10 ans et plus.

Millésime : 2010

Plutôt mal parti, le millésime 2010 s’avère finalement être l’un des plus beaux millésimes classiques de ces quinze dernières années ! Un violent coup de gel le 20 décembre a sérieusement amputé la production, puis une floraison qui a traîné en longueur occasionnant encore une perte de ce potentiel et enfin un tri drastique (5 à 15%) des raisins en cuverie ont fait que cette récolte fut très faible en quantité mais où heureusement la qualité fut au rendez-vous. En effet ces petits rendements ont permis au raisin d'obtenir de belles maturités ! La chaleur estivale n’a pas été au rendez-vous, mais heureusement l’ensoleillement de début septembre a assuré la maturité, offrant une fenêtre de vendange assez courte car la météo s’est très vite dégradée. Nous avons donné les premiers coups de sécateurs le 20 septembre en Côte de Beaune. En résultent donc des vins purs, harmonieux, riches, de garde avec même en vins rouges des réussites supérieures au millésime 2009 dans certains secteurs de la Côte de Beaune. Un résultat inespéré…

Les récompenses

2013 - Guide des Meilleurs Vins de France - 15,5 / 20