Français English
Jean-Claude Boisset

ALOXE-CORTON 2007

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2007  

Cépage

100% Pinot Noir

Origine

L’appellation Aloxe-Corton s’étend sur 119 ha sur le territoire de la commune d’Aloxe-Corton et 8,5 ha sur celui de Ladoix-Serrigny, au début de la Côte de Beaune. Près de la moitié de la superficie du vignoble est classée en Grand Cru et pas moins de 17 climats classés en Premier Cru. On retrouve les appellations villages en bas des côteaux sur des sols plus profonds.

Sélection parcellaire

Issus d’une vieille vigne (50 ans), ce vin a fait l’objet d’un travail rigoureux de la vigne et de contrôles draconiens aux caractéristiques bien précises : rendements contrôlés avec un ébourgeonnage sévère, vendange en vert si nécessaire, travail des sols, pas ou peu d’apports d’engrais, protection de la vigne respectueuse de l’environnement et de la faune auxiliaire.

Vinification et élevage

Date de vendange : 21 septembre 2007, vendange manuelle en caissettes percées de 20 kg. 1er tri à la vigne, second sur table de tri à la réception de la vendange.
En cuverie : les raisins sont égrappés à 100 % mais non foulés (donc entiers) et mis en cuve par gravité. Macération totale 21 jours dont 1 semaine à froid (12°C) : fermentation en levures indigènes uniquement (aucun adjuvant oenologique ajouté comme des enzymes ou tanins). Pigeages peu fréquents (8 maximums)
En cave : 12 mois sur lies sans soutirage, 20 % fûts neufs, bois d’origine française, chauffe longue à basse température pour un boisé très délicat.

Notes de dégustation

Robe : Couleur rubis d’une intensité moyenne.
Nez : Nez très fin, typé Pinot Noir, complexe et élégant.
Bouche : La texture est élégante, petit point de fermenté en milieu de bouche, bon équilibre général.

Potentiel de garde

5 à 8 ans

Millésime : 2007

2007 aura été marqué par des conditions climatiques chaotiques : un hiver doux, un printemps estival qui a favorisé une reprise très précoce de la végétation puis un été froid et pluvieux où se sont installés de nombreux foyers de pourriture. Heureusement, un temps ensoleillé, la première quinzaine de septembre a permis une maturation des raisins suffisante pour produire des vins d’une concentration moyenne pour les rouges.